Tout est possible

Rotterdam

C’est l’image qui résume sans aucun doute le mieux mon marathon, l’image de la régularité, de la bonne gestion de ces 42 km de course sur terrain ultra plat.

Et pourtant ce ne fut pas simple…petit retour en arrière, octobre 2010, fin du marathon d’Amsterdam, je termine en morceau physiquement et mentalement, il me faudra des semaines pour reprendre un peu du poil de la bête en course à pied mais malgré tout, mes entrainement en course à pied resteront très limité et à part 3 trail, je ne fais aucune séance longue, mes sorties les plus longue en course à pied ne feront jamais plus de 1h15, à coté de cela il y a bien sur la natation et dans les six dernières semaines le vélo fait son retour. L’entrainement pour le marathon de Rotterdam et donc loin d’être des plus spécifique et surtout assez limite , mais on sait depuis le début dans quel état d’esprit j’y vais.

Samedi dans l’après-midi, il était donc temps de prendre la route direction Rotterdam, un peu plus de 2h après, nous voilà dans notre hotel, la fin de journée sera très simple, repérage du lieu de départ, prise du dossard et puis le reste de la soirée dans la chambre de l’hotel à écouter de la musique et à surfer sur internet, vers 22h dodo. Le dimanche matin, c’est toujours sans aucun stress que je me lève, vers 7h30, direction le déjeuner, tartine, fruit, lait… dans des quantités raisonnable puis redirection la chambre et enfin vers 9h45, il est temps de se préparer et de prendre la direction du départ avec en main une bouteille de coca pour l’avant course et autour de moi 2 gel « coup de fouet » et 2 pâtes de fruit, à 10H30, je suis dans mon box, reste à attendre le coup de départ.

11h, le coup de canon est donné la masse de joggeur s’élance, le frein à main est bien calé et le premier km sera bouclé en 3’51 », reste à maintenir le rythme sans trop accélérer pour ne pas me cramer, jusqu’au 10ème km, je tiens l’allure plus souvent au dessus des 3’40, une fois le 10ème passé, je passe sous les 3’40 ensuite mis à part l’un ou l’autre km (3), mon allure restera autour voir en dessous des 3’35 » , les 27/29/32/33/34ème km seront fait sous les 3’30… bref, je gère on ne peut mieux, aussi bien au niveau de la cadence qu’au niveau des ravitos à chaque fois, je prend eau et extran au 10ème et 15ème avec pâtes de fruit, au 20ème pas de solide mais du liquide un peu plus sucrés et au 30 et 35ème un gel.En plus de la gestion, ce qui m’a fait plaisir aussi c’est de reprendre du monde tout au long de la course sans jamais être dépassé et surtout ne pas avoir connu de coup de barre après le 30ème. Pour plus de détails sur ma course http://connect.garmin.com/activity/78409816

L’arrivée sera aussi un moment inoubliable, une foule énorme comme sur tout le reste du parcours d’ailleur, un peu moins excitée que sur l’arrivée d’un ironman…sauf pendant l’arrivée d’un triathléte…dans les 200-300 derniers m, c’est mains aux oreilles que j’ai fait comprendre qu’on entendait rien, j’ajoute quelques mouvements de bras et immédiatement la foule se reveille…FORMIDABLE cela me vaudra dans l’euphorie de faire la fin de course à du 3’13…

Il faudra juste retenir une 57ème place et un chrono de 2h33

merci, pour les encouragements le long du parcours

merci pour vos messages

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s