Tout est possible

Le bilan 2011

J’ai souvent fait un bilan en images de mes différentes saisons sportives, 2011 aura droit à son clip mais pas tout de suite, le temps d’archiver et de classer les centaines de photos prises en 2011…ce qui demandera déjà pas mal de temps. Je dois aussi avouer qu’il y a d’autres priorités avant de faire un montage qui prendra du temps car il faut déjà penser à 2012 et au week-end du 17 et 18 mars qui pour moi sera un week-end trèèèès lourd mais voilà, aussi bien du côté sportif que du côté organisation, il faut être capable de se lancer dans des projets ambitieux, bref de se lancer de nouveaux défis. D’ici quelques semaines via facebook, le site de l’endurance Team et le site de l’ITCF Renée Joffroy,  vous aurez une idée assez claire de mon défi organisations 2012…l’organisation du triathlon de septembre en sera un autre avec les championnats LBFTD.

Avant la remise des prix de l’ACRHO qui sera le point final d’une saison 2011 bien remplie, j’avais envie de faire un bilan d’une année que je peux vraiment qualifier d’exceptionnelle tant j’ai vraiment le sentiment de ne rien avoir raté après une saison 2010 que je voulais oublier au plus vite.

Dès la fin 2010, après m’être royalement planté lors du marathon d’Amsterdam, il fallait rebondir, repartir sur de bonne base, j’étais lessivé par une saison longue où les choses s’étaient mal enchaînées. Il fallait absolument placer les objectifs différemment, penser différemment. J’ai donc pensé triathlon, j’ai complètement dirigé la saison d’après l’objectif le plus lourd, l’ironman de Klagenfurt, derrière cela, inutile de prévoir un marathon ou tout autre objectif qui m’obligeraient à me remettre en route sans avoir suffisamment récupéré…et donc pas de marathon en fin d’année. Finalement, j’ai opté pour un marathon en début d’année avec le marathon de Rotterdam, je ne pouvais faire autrement que de remettre un marathon en 2011…une histoire d’orgueil et de revanche…Celui-ci sera bien utile dans l’objectif ironman, ce qui se révélera être une bonne idée. Jamais 2 sans trois, les 20 km de BXL avaient été la bonne course 2010, il était dès lors logique de les remettre au menu.

Rotterdam, BXL, Klagenfurt étaient les villes à retenir, avril, mai et juillet les mois. Il ne me restait plus que mon courage à prendre à deux mains pour concrétiser. Il me restait à m’organiser un peu pour mes entraînements, entendez par là, installer une routine et compléter le calendrier avec des trails, des runbike, des duathlons et des triathlons. Ce fut vite fait et j’ai certainement encore battu un record en 2011 avec une cinquantaine de courses à mon actif, heureusement, j’ai appris à me retenir.Pour la période avant marathon, n’aimant pas du tout me taper des bornes à pied lors de mes entraînements, j’ai placé trois long trails qui constitueront mes longues sorties à pied (je sais, c’est peu), les mercredis seront aussi réservés aux longs entraînements mais au travers d’un enchainement piste-natation et dès que le beau temps fut de la partie vélo-piste-natation, dès le mois de mars, les sorties vélo furent plus régulières avec des entraînements de 3 à 4h ce qui compensa un peu le peu de sorties longues à pied. Au global de la semaine, la natation était en tête avec 3 à 4 entraînements suivaient la course à pied et le vélo. Bref, rien de bien spécifique pour un marathon.

Et vint le jour J de Rotterdam avec l’objectif de ne pas se planter, de bien gérer l’effort tant au niveau du ravitaillement que du rythme. Objectif atteint avec un chrono de 2h33, un rythme qui monta en puissance tout au long du parcours et une lucidité et un panache d’enfer sur la ligne d’arrivée, que du plaisir et mon « motivométre » qui repart à la hausse pour la suite. J’ai été plus attentif à mon ressenti, j’ai couru au feeling et cela a marché. Et il faut enchaîner, retrouver un certain rythme après ce marathon et dans cette optique là, BXL arrive en ligne de mire, entre les deux, il y aura quelques duathlons et triathlons, pas toujours avec les résultats attendus, surtout au niveau de la natation. Côté vélo, je ne m’attends pas à de grosse perf car le temps d’entraînement vu mon horaire est assez limité.

BXL, jamais déçu résume assez bien mon sentiment face au RDV course à pied de l’année, je n’ai que trois participations à mon actif et à chaque fois j’en suis revenu très satisfait. C’est véritablement une course qui se fait à l’arraché, 20 km et pas 1km de relâchement , il faut se battre du début à la fin, ce fut encore le cas cette année, encore une fois une semaine après la course les jambes ont encore mal. Après une 19ème et une 17 ème place, me voilà 14 ème sur les talons de quelques élites belges et devant Guy Fays, sans trop savoir comment, je réalise à chaque fois que je me présente à BXL  une performance qui me surprend …d’autres à chaque fois doivent se dirent « haaa si ce garçon pouvait uniquement se concentrer sur la course à pied »

Ironman Austria, LE rendez-vous de l’année, un peu plus d’un mois après BXL, il aura fallu gérer au mieux les une ou deux dernières semaines de gros entraînement et les semaine de récup juste derrière. Ma réconciliation avec le triathlon allait-elle se faire ou la rupture définitive serait-elle au rendez-vous ? J’avais un goût de trop peu niveau entraînement, une semaine avant la date je me sentais encore très fatigué mais au fil des jours, le repos pris semblait être salvateur. Les éléments en faveur d’une bonne course s’additionnaient de jour en jour mais devant une telle épreuve, il faut toujours être prudent, l’erreur n’était pas permise. Les choses ont bien commencé, dès la sortie de l’eau, je réalise l’un de mes meilleurs chrono pourtant les tri fait avant n’allaient pas dans le même sens. Le vélo reste toujours l’épreuve décisive, le premier tour se passera à merveille et même si lors de la 2ème boucle la machine coince un peu et souffre horriblement, je parviens à améliorer mon temps vélo en effaçant des registres les habituels 5h30 pour un 5h18. L’objectif des 10h allait être largement battu, il ne fallait pas craquer sur le marathon. Enfin, je réalisai un chrono digne de mon niveau pédestre en bouclant le marathon en 3h06 grâce à une meilleur gestion du rythme et du ravitaillement. Enfin, je me réconcilie avec le triathlon allant bien au delà de mes espérances en réalisant un chrono de 9h39.

La fin de l’année se fera en roue libre mais non sans de bons résultats. Fin août, il semble que je sois en bonne position pour terminer premier au challenge ACRHO, sachant que je suis attendu sur le palmarès, je décide de terminer la saison sur le challenge ce qui me permettra d’obtenir un bonus à cette saison qui était déjà très bonne. Côté triathlon, je ferai une bonne fin de saison pour finalement terminer 9ème au challenge supercoupe et la natation qui n’était pas bonne début de saison ne fait que s’améliorer.

Bref, vous l’aurez compris, cette saison 2011 fut formidable…en 2012, je vais tenter un exploit…

merci à tous

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s