Tout est possible

Trail du Mont

Une semaine après la rentrée collective des relais givrés, il était temps de reprendre sur une compétition individuelle. Si à la base, je n’avais pas prévu de me rendre au trail du Mont, j’ai finalement été invité et j’ai répondu présent aux organisateurs, ce sera pour moi l’occasion de faire une longue sortie un peu plus hard que d’habitude en vue de préparer mon marathon du mois d’avril. J’ai hésité toute la semaine à m’acheter des « chaînes » à mettre aux chaussures pour participer à cette 5ème édition mais finalement, on pouvait s’en passer à condition d’avoir une bonne paire de chaussures trail mais surtout en restant bien attentif.

Arrivé assez tôt sur place, je parviens à me stationner presque sur la ligne de départ et vu le temps venteux, la pluie et la sensation de froid, j’avoue que je suis assez content de pouvoir attendre tranquillement dans la voiture. Le vent est lui assez fort pour faire « trembler » la voiture, de son côté la pluie ne cesse de tomber. Vers 9h30, je me décide quand même de sortir et d’aller me mettre au chaud là où nous avions retiré notre dossard puis une dizaine de minutes avant le départ, je m’échauffe un peu en attendant le départ. J’ai pour une fois le mérite d’être très clair quant à mes intentions, pas questions de traîner aujourd’hui, il fait trop froid, le temps est bien trop pourri pour glaner sur les routes. Dès le départ, je me place devant avec un petit groupe et très vite, je prend mon rythme de croisière. De retour sur le haut du mont, je suis seul en tête mais le 2ème n’est pas si loin et descend plus vite que moi, il resserre l’écart de temps en temps mais sur le plat et dans les montées, j’ai clairement l’avantage. Au premier ravito, nous sommes, au plus, distants d’une centaine de mètres. Plus loin dans la course, peu après le bifurcation entre le 30 km et le relais, je suis un peu distrait, je suis plus occupé à regarder le sol que les flèches, je vais donc aller tout droit jusqu’à une chaussée plutôt que de virer sur ma droite, cette erreur me vaudra de redescendre à hauteur de celui qui était 3ème de la course à ce moment, le deuxième en a profité pour me prendre une bonne centaine de mètres d’avance. Gardant tout mon calme et assurant mes appuis, j’enclenche le turbo pour très vite revenir en tête, nous sommes à ce moment pas loin de la mi-course. Je crois que ce retour a eu son impact psychologique sur mon adversaire, qui pendant un moment à certainement forcé un peu l’allure, ce qui lui vaudra de craquer un peu dans les derniers km, durant le reste de la course, mon avance ne fera que croître. En fin de compétition, je suis quand même usé à la fois par les conditions de course assez difficiles de part la météo et les revêtements du sol, il fallait toujours rester en alerte pour éviter la chute et là où la neige avait disparu, le dégel avait fait son office et on courait dans de l’eau ou de la boue. les deux derniers km m’ont paru interminable, il fallait vraiment savoir se les enfiler.

Et finalement, après 2h29 d’effort, je termine 1er empochant ma première victoire pour 2013.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s